Skip to main navigation Skip to main navigation Aller au contenu principal Skip to breadcrumb Skip to footer

ALLIÉS POUR ENTREPRENDRE

Enquête flash soldes été 2021

Soldes d’été 2021 à Bordeaux : Un début encourageant

Des indicateurs supérieurs à 2020 pour ce départ des Soldes. 65% des commerçants bordelais interrogés qualifient ainsi cette première semaine de satisfaisante ou très satisfaisante. Mais la prudence reste de mise. L’attractivité de Bordeaux est au centre de toutes les attentions avec 33% de fréquentation en moins.

Le Lundi 20 décembre 2021

De 14:30 à 16:30

Réunion d'information : Créer son entreprise, les étapes clés - 20 Décembre - Présentiel à Libourne

Gratuit

Le Lundi 22 novembre 2021

De 14:30 à 16:30

Réunion d'information : Créer son entreprise, les étapes clés - 22 Nov - Présentiel à Libourne

Gratuit

Le Lundi 25 octobre 2021

De 14:30 à 16:30

Réunion d'information : Créer son entreprise, les étapes clés - 25 Octobre - Présentiel à Libourne

Gratuit

Le Lundi 27 septembre 2021

De 14:30 à 16:30

Réunion d'information : Créer son entreprise, les étapes clés - 27 Sept - Présentiel à Libourne

Gratuit

Bordeaux Visio Commerce
Découvrez les nouvelles opportunités d’implantations commerciales à Bordeaux lors de cette journée exceptionnelle.
Réserver
campus du lac

Campus du Lac : des formations avec patron à saisir sans attendre

Superbe opportunité pour les candidats à l’alternance. Le Campus du Lac recrute pour la rentrée prochaine ses futurs apprenants qui seront mis en relation directe avec un employeur. Ces formations, accessibles avec ou sans le Bac, et de nouveaux diplômes pour se reconvertir, figurent au catalogue de l’école de la CCI Bordeaux Gironde pour la rentrée à venir.

Rénovation énergétique : enclencher son projet

La rénovation énergétique des locaux d’entreprises présente tout d’abord un avantage certain. C’est un investissement rentable par les économies qu’il induit sur les besoins en chauffage et en climatisation. Il présente également un intérêt fort pour le confort des salariés autant en été qu’en hiver. Une rénovation est absolument à envisager avant le remplacement d’un système de chauffage afin d’économiser sur le dimensionnement des équipements à installer.
rénovation énergétique

Engagement des entreprises pour 2050

Par les accords de Paris sur le climat, la France s’est engagée à réduire de 50% sa consommation d’énergie d’ici à 2050. Les entreprises, quelques soit leur taille se voit répercuter ces engagements sous la forme de diverses contraintes réglementaires mais aussi incitations financières. La rénovation énergétique des bâtiments d’entreprise est au cœur du programme d’action initié par le gouvernement.

 

Décret tertiaire

Les locaux d’entreprise à usage tertiaire ou mixte qui hébergent une activité tertiaire sur une surface supérieur à 1000 m² sont soumis à une obligation de réduction de leur consommation d’énergie.

Sont considérés comme activité tertiaire, les bureaux, commerces, et espaces de stockage sauf le stockage interne de marchandises destinés à être transformer dans les locaux. De plus, seuls les locaux en service à la date de publication de la loi ELAN du 23 novembre 2018, sont concernés.

 

Ces entreprises ont l’obligation de déclarer une consommation énergétique de référence sur 12 mois glissant dans la période 2010-2021 avant septembre 2022 sur la plateforme de l’ADEME. Ensuite, les entreprises s’engagent à diminuer cette consommation de référence de 40% en 2030, de 50% en 2040 et de 60% en 2050. Si votre entreprise consomme déjà peu d’énergie, pas de panique, il est également possible de choisir d’atteindre une consommation de référence. Pour chaque secteur d’activité, une consommation surfacique est fixée que vous pouvez choisir d’atteindre plutôt que de réduire votre consommation de référence.

 

Les entreprises soumises à ce décret ont fortement intérêt à isoler leur bâtiment car c’est un des principaux leviers d’actions pour réduire la consommation énergétique des bâtiments tertiaires.

 

 

Comment s’y prendre

Toiture (en profiter pour faire une étude d’éclairage et installer des puits de lumière pour favoriser la lumière naturelle)

On estime que 30% des déperditions de chaleur d’un bâtiment provienne du toit, il est donc logique de s’intéresser d’abord à l’isolation de cette partie de son bâtiment. Il existe des solutions pour tous les types de toitures, des combles perdues à la toiture terrasse. Nous vous conseillons de toujours intégrer une étude d’éclairage à vos projets de rénovation de toiture afin d’installer des puits de jour et pourquoi pas remplacer ses vieux néons par des éclairages LED plus économes et robustes.

 

Privilégier l’isolation par l’extérieur

Les murs représentent ensuite 25% des déperditions thermiques. On préférera toujours une isolation par l’extérieur qui conservera les matériaux de vos murs à une température garantissant leur durabilité.

 

Menuiserie (double vitrage)

Enfin, les fenêtres représentent 15% des pertes énergétiques de chaleur. Nous vous encourageons à adopter des fenêtres en double vitrage, une technologie éprouvée et dont les temps de retour sur investissement sont parmi les plus intéressant des diverses actions décrites ici.

 

 

Financer son projet

               
Crédit d’impôt TPE/PME

Le crédit d’impôt pour la rénovation énergétique des TPE/PME permet de financer 30% des travaux dans la limite de 25 000€. L’isolation des murs, de la toiture, la mise en place d’une ventilation mécanique et le changement de système de chauffage pour une pompe à chaleur sont des actions éligibles pour lesquelles vous pouvez intégrer le matériel et la main d’œuvre. Pour que ces actions soient éligibles au dispositif, il est nécessaire de faire appel à un artisan labelisé Reconnu Garant de l’Environnement RGE, vous trouverez la liste des artisans labelisés sur le site https://www.faire.gouv.fr/. Le changement des menuiseries (fenêtres et portes) n’est pas dans le périmètre de l’aide.

 

 
CEE

Les certificats d’économie d’énergie ou CEE, sont des primes que vous pouvez toucher lorsque vous réalisez des actions de sobriété énergétique. Ces primes vous sont payées par des obligés, les entreprises qui fournissent de l’énergie (carburant, gaz, électricité). Elles doivent réunir un certain nombre de certificat d’économie d’énergie en fonction du montant d’énergie qu’elles vendent, les montants sont fixés par décret pour des périodes de trois ans.

Les actions d’économie d’énergie éligibles à ce dispositif vont de l’isolation de vos bâtiments, au remplacement d’une chaudière par une pompe à chaleur ou au changement de vos éclairages pour des ampoules LED. Les contraintes techniques sur les équipements sont résumées dans des fiches standardisées disponibles sur le site du ministère de l’écologie.

 

Pour financer vos actions de sobriété énergétique il est nécessaire de faire appel à un artisan labelisé RGE, Reconnu Garant de l’Environnement. La liste des artisans labelisés près de chez vous est disponible sur le site https://www.faire.gouv.fr/ . Il est impératif de démarrer la démarche de demande d’aide avant la signature des devis.

 

Les obligés achètent les certificats a des prix qui peuvent varier. Votre artisan labelisé a parfois des accords avec un des obligés et peut effectuer les démarches pour vous. Si ce n’est pas le cas, un comparateur en ligne est disponible et vous permet d’identifier le meilleur prix parmi les propositions des obligés : https://nr-pro.fr/ .

 


PEE

Le prêt Economies d’Energie de BPI permet de financer toutes les actions éligibles aux CEE sous la forme d’un prêt à taux préférentiel ne nécessitant pas de garantie sur les actifs de l’entreprise. L’enveloppe du prêt peut aller de 10 000 à 500 000€ et s’étaler sur 3 à 7 ans. Afin de mettre en avant les actions dont le taux de retour sur investissement est long, un différé d’amortissement de capital de 2 ans peut être accordé.

 

Votre conseiller CCI peut vous accompagner dans vos projets d’économies d’énergie, identifier les actions prioritaires et les méthodes de financement.

 

La loi anti-gaspillage pour une économie circulaire

Le 22 mars 2020 dernier, la population mondiale avait consommé la totalité des ressources disponibles sur Terre. Il nous faut aujourd’hui préserver notre planète bleue et cela passe par la révision de notre modèle économique. La loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire (loi AGEC parue le 10 février 2020), a pour objectif d’accélérer cette transformation de notre modèle d’économie, jusqu’alors linéaire, en économie circulaire.
loi anti-gaspillage

En 2020, nous avions donc consommé l’équivalent de 1,6 Terre de ressources naturelles. Il nous faut aujourd’hui préserver notre planète bleue et cela passe actuellement par la révision de notre modèle économique. La loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l'économie circulaire, aussi appelée loi AGEC parue le 10 février 2020, a pour objectif d’accélérer cette transformation de notre modèle d’économie, jusqu’alors linéaire, en économie circulaire.

 

 

Quels nouveaux enjeux pour votre entreprise ?

Dans un cadre ou la transition écologique et énergétique est boostée par le plan de relance et par une évolution des attentes sociétales, de nouveaux décrets d’application de la loi AGEC font leur apparition au fil de l’eau et viennent soutenir cette tendance.

Sortir du plastique jetable, mieux informer les consommateurs, lutter contre le gaspillage, favoriser le réemploi solidaire, agir contre l’obsolescence programmée et améliorer la production sont tout autant d’enjeux traités par la loi et engageant de nouvelles prescriptions pour les entreprises, aujourd’hui et pour les années à venir.

 

En tant qu'entreprise, certains points sont à retenir : 

Depuis le premier janvier 2021 :

  • Interdiction de vendre et de proposer différents articles en plastique à usage unique (confettis, boite en polystyrène, couverts jetables, bâtonnets mélangeurs pour boissons…) - Décret n° 2020-1828 du 31 décembre 2020
  • Interdiction de distribuer gratuitement des bouteilles en plastique dans les ERP ou dans les locaux professionnels (sauf impératif de santé publique) [JORFTEXT000042753962]- Décret n° 2020-1724 du 28 décembre 2020
  • Obligation des vendeurs de vrac et restaurateurs d’accepter les contenants apportés par les consommateurs

 

 

Mieux informer les consommateurs

  • Un affichage environnemental est en cours d’expérimentation pour les secteurs du textile et de l’agroalimentaire. Une fois validé, le dispositif d’affichage environnemental sera volontaire et aura pour objectif d’informer et de sensibiliser les consommateurs aux impacts environnementaux des produits et d’encourager les fabricants et distributeurs à la production durable.

 

Lutter contre le gaspillage

En vigueur le 1er janvier 2022 :

  • Interdiction de destruction des invendus de produits non alimentaires neufs destinés à la vente. L’interdiction s’applique pour les produits non couverts par un régime REP (Responsabilité Elargie du Producteur), pour différents produits d'hygiène et de puériculture, les équipements de conservation et de cuisson des aliments, les produits d'éveil et de loisirs et les livres et les fournitures scolaires. L’objectif est d’encourager le don en faveur des associations de lutte contre la précarité et des structures de l’économie sociale et solidaire. À défaut, le recyclage est encouragé - Décret n° 2020-1724 du 28 décembre 2020
  • Obligation, pour les sites manipulant plus de 5 tonnes de granulés de plastiques industriels et pour les entreprises de transport (aires de lavage), de prévenir les pertes et les fuites de granulés plastiques dans l’environnement via des procédures de vérification, ramassage, nettoyage, contrôle, formation… et audits des procédures tous les 3 ans par un organisme accrédité - Décret n° 2021-461 du 16 avril 2021
  • Tri des biodéchets obligatoire pour tous au 31 décembre 2023

 

 

Agir contre l'obsolescence programmée

Depuis le 1er janvier 2021 :

  • Déploiement de l’affichage d’un indice de réparabilité pour les équipements électriques et électroniques sur 5 catégories de produits : les ordinateurs portables, les smartphones, les télévisions, les lave-linges à hublot et les tondeuses à gazon électriques. La note doit être attribuée par le fabricant et doit obligatoirement apparaitre sur le produit au moment de la vente.

 

 

Mieux produire

  • La loi étend le périmètre de certaines filières REP (la REP des emballages ménagers s’étend par exemple aux emballages professionnels de la restauration en 2021 et pour tous les professionnels en 2025). Elle prévoit aussi la création de de nouvelles filières REP entre 2021 et 2025 (cf. schéma ci-dessous).

Figure 1 : Source INEC

 

 

Mieux gérer et tracer

En vigueur au 1er janvier 2022 :

  • Mise à disposition d’une base de données électronique pour la traçabilité des déchets dangereux, des déchets de polluants organiques persistant (POP) et des déchets perdant leur statut de déchets. Cet outil de traçabilité permettra aux entreprises, collecteurs, transporteurs, etc… de renseigner leur registre des déchets en ligne. Il permettra aussi la gestion des bordereau de suivi de déchets dangereux (BSDD) - Décret n° 2021-321 du 25 mars 2021

« Veiller à notre impact écologique en ayant une démarche globale responsable »

Témoignage Tonnellerie Quintessence

La Tonnellerie Quintessence - expérimentée et engagée - a mené une démarche d’amélioration de la gestion de ses déchets. Quelles sont ses motivations ? Comme la CCI Bordeaux Gironde a appuyé cette stratégie ? Quelles actions concrètes sont en cours ? Interview.
gestion des déchets Tonnellerie Quintessence

Présentation de l’entreprise

Tonnellerie Quintessence est une tonnellerie française créative, qui allie savoir-faire et expertise contemporaine. Les barriques sont conçues par des tonneliers expérimentés et engagés dans des notions de traçabilité, de régularité et de personnalisation.
 

Toujours en quête d’excellence, les acheteurs, experts en chêne, apportent une attention particulière à la sélection du bois, recherchant dans les meilleures forêts des chênes droits et de fil au grain fin.
 

Les merrains sont affinés lentement et naturellement dans les merranderies, permettant de contrôler l’intégralité du processus et de retracer l’historique exact de l’arbre à la barrique, et de la barrique jusqu’aux clients.
 

Des systèmes de contrôle permettent de garantir l’uniformité et la reproductibilité, en guidant le maître tonnelier dans le processus de chauffe.
 

En travaillant en étroite collaboration avec des propriétés viticoles dans le monde entier, des barriques sont créés pour valoriser les caractéristiques de leurs vins.

 

 

Interview de Jonathan Vigneau [Responsable QHSE] & Elodie Buquet [Service Marketing Quintessence].

1. Quelles motivations ont conduit la Tonnellerie Quintessence à mener une démarche d’amélioration de la gestion de ses déchets ?

 

"Dans le cadre de notre activité, la Tonnellerie Quintessence a toujours été très sensible aux questions environnementales et à la préservation des ressources.  Nous veillons chaque jour à utiliser du chêne issu de forêts certifiées et donc durablement gérées pour la fabrication de nos barriques. Il est donc très naturel pour nous de veiller à notre impact écologique en ayant une démarche globale responsable. Cet aspect est également très important dans la mise en place de certifications comme celle de l’ISO 22000 avec l’intégration d’une démarche de la gestion des déchets dans les exigences de la norme. Enfin, les démarches RSE sont aujourd’hui un sujet d’actualité pour l’ensemble des entreprises et nous souhaitons valoriser l’engagement fort de notre société et de nos équipes sur ce thème."

 

 

2. Pour mener à bien votre démarche d’amélioration de la gestion de vos déchets, quels ont été l’appui et le suivi de la CCI Bordeaux Gironde ?

 

"La CCI nous a permis de structurer notre démarche avec la mise à dispositions de différents outils visant à nous accompagner dans la réalisation de nos objectifs. Nous avons eu accès à un réseau de fournisseurs présents sur notre territoire ce qui a représenté un gain de temps considérable dans le lancement de notre démarche. Par la suite, le suivi régulier a permis de maintenir un calendrier d’avancement du projet et de suivre la mise en œuvre effective des actions prioritaires."

 

3. Quelles sont les actions concrètes que vous avez mises en place et dont vous êtes le plus fier ?

 

"La première action a été la mise en conformité de notre site incluant le tri des cinq flux ainsi que la mise en place d’un registre des déchets et la création d’un document unique de pilotage nous permettant d’améliorer la traçabilité. Dans un second temps, nous avons travaillé sur l’organisation interne du tri des déchets avec un affichage clair des poubelles intermédiaires dans des zones clés incluant les ateliers, la maintenance ou encore le réfectoire. Enfin, un travail de sensibilisation et de formation régulière des collaborateurs au respect du tri a été effectué et nous avons pu nommer un référent Déchets / QSE ainsi qu’un relais opérationnel pour gérer le rangement et la propreté des locaux."